Lorsque nous sommes confrontés à une rumeur dont le contenu s’avère faux, notre première réaction est de vouloir rétablir la vérité et de dénoncer les diffuseurs qui, par opposition, sont associés au mensonge. Le sentiment d’injustice ressenti est grand, tout comme la crainte de voir une image erronée se diffuser sur nous ou notre travail, et nous causer du tort personnellement et professionnellement. Pourtant, la question de la vérité ou de la fausseté d’une rumeur est complexe et n’est pas toujours déterminante pour renouer le dialogue entre convaincus et sceptiques.

Pourquoi faut-il aller plus loin ?

  1. Rumeur ne veut pas dire forcément fausse nouvelle.

Nous ne le répèterons jamais assez : une rumeur peut être vraie !

Il n’est pas rare non plus qu’une rumeur au contenu faux puisse se baser sur des éléments vrais. Si dans certains cas, il est facile de déterminer sa véracité ou sa fausseté, dans d’autres, il faut mener une petite enquête et rassembler des informations qui pourront s’avérer parcellaires ou même contradictoires et laisser planer le doute.

Il peut également s’avérer impossible de déterminer la véracité d’une rumeur, surtout lorsque son objet est un événement complexe dans lequel sont intervenus de nombreux intervenants qui ne sont pas toujours connus, n’ont pas toujours réagi de manière rationnelle ou n’avaient pas les connaissances nécessaires pour aborder la situation de manière efficace.

  1. Les diffuseurs ne sont pas toujours malveillants.

Même s’ils croient à une rumeur fausse, les personnes de votre entourage ou public ne sont pas pour autant adeptes du mensonge ou ne veulent pas spécialement vous nuire. Ils ne sont pas toujours des ennemis qu’il faut combattre mais plutôt un public que vous devez acquérir à votre cause. De nombreux travaux en psychologie-sociale et en sociologie cognitive ont mis en évidence les nombreux biais cognitifs ou psychologiques (biais de confirmation, l’illusion de corrélation, effet de halo, etc.[1]) qui influencent nos perceptions et nous amènent à opérer des raisonnements faux. Nous en sommes tous victimes et n’avons pas toujours le temps ou l’énergie de faire preuve de doute critique.

  1. La vérité de l’un n’est pas toujours la vérité de l’autre.

Les événements peuvent être interprétés selon différents points de vue et il est tentant de penser que notre interprétation est la bonne. Chacun fait confiance à ses perceptions et à sa manière d’expliquer le monde. Pourtant, nous sommes conditionnés par notre milieu, notre culture, notre vécu et notre place et statut dans la société. Si nous changeons de perspective, si nous nous mettons à la place de l’autre, nous pouvons découvrir une nouvelle façon de comprendre les événements et changer notre regard. Faites ce petit test pour vous en rendre compte : Test

  1. La vérité n’est pas toujours le plus important pour le diffuseur.

La véracité d’une information ou de l’interprétation d’un événement n’est pas toujours ce qui compte, l’important peut être ce que cette information ou événement symbolisent. De quoi la rumeur permet-elle à ses diffuseurs de parler ? Une préoccupation ? Une peur ? Une valeur ou une identité ? Renoncer à la rumeur peut donner l’impression que l’on renonce à trouver des causes et des solutions pour cette peur, que l’on renonce à nos valeurs ou identités. Ce qui peut être considéré comme un prix trop cher à payer !

Alors, que peut-on faire ? Déplacez le débat.

Si vous pouvez prouver que la rumeur est fausse, alors il est de toute façon utile et nécessaire de diffuser les éléments qui vous permettent de la démentir. Mais ne vous arrêtez pas là ! Comprenez pourquoi cette rumeur a semblé crédible aux yeux de votre entourage ou public et en quoi elle corroborait l’opinion que les autres ont de vous ou de la situation. Trouvez quels besoins elle comble et imaginez une autre façon que la rumeur pour combler ces derniers !

 

Vous voulez approfondir la question sur une rumeur qui vous concerne ? Contactez-moi pour une séance individuelle de diagnostic ou un atelier collectif pour votre organisation.

[1] Vous trouverez une liste de différents biais sur ce site ou une explication concernant ces biais sur ce site

Publicités