Le Devoir a publié un article basé sur mon analyse des stratégies des croyants et des sceptiques dans les théories du complot à l’origine de l’affaire Dominique Strauss-Kahn. Dans une communication donnée au Congrès de l’Acfas la semaine passée à Montréal, je revenais sur les premiers mois de l’affaire et les discours des internautes à son sujet. Si beaucoup de spécialistes de la croyance distinguent clairement croyants et sceptiques en dénigrant les premiers, j’y démontrais que les individus se contaminent et qu’ils adaptent leurs opinions en fonction de nouveaux éléments de l’enquête, des arguments d’autres internautes, de déclarations d’experts ou encore de questionnements liés aux zones d’ombre de l’enquête. Finalement, qu’ils adhèrent à l’idée d’un piège ou non, ou encore qu’ils doutent, tous sont des croyants. Tous inventent, en effet, des scenarii probables, vraisemblables afin de tenter de comprendre ce qui s’est passé mais personne ne connait véritablement la vérité. Même Dominique Strauss-Kahn et Nafissatou Diallo l’interprètent certainement différemment. Si l’article arrête son compte-rendu de mon analyse fin juin, celle-ci s’est arrêtée bien plus tard et je compte continuer à évaluer les opinions des internautes à ce sujet jusqu’à sa fin.

Article de S. Baillargeon dans Le Devoir: Le cas DSK: Les théories du complot analysées

Publicités