En novembre 2012, circulait sur les réseaux sociaux, ce message inquiétant:

! AVIS AUX FILLES!!!!
Attention! Des faux taxis circulent sur bruxelles!! Les vrais ont les bandes jaunes sur les côtés de la voiture et la plaque commence par 1-TX.
Triste réalité, 5 viols la semaine dernière au bois de la cambre par ces « taxis »!!!!
SVP, SOYEZ VIGILANTES!!!!
Partagez un maximum, il en va de votre sécurité à toutes 😮 😮 😮

Après vérification, aucun cas n’avait alors été recensé par la police de Bruxelles-Capitale-Ixelles ou au parquet. De plus, la structure du message ressemblait drôlement à une légende urbaine.

En effet, il prenait la forme d’une légende d’avertissement qui prévient de dangers potentiels, souvent en les illustrant par un prétendu fait-divers effrayant. Ce message rappelait à un fait-divers français de 2008 dont le procès s’était ouvert en septembre 2012. Un faux taximan français avait été condamné pour viol et meurtre d’une étudiante suédoise. Plus de détails ici. Il était aussi étonnant que ce message mentionne un nombre précis de faits alors que ni la police, ni le parquet n’étaient au courant. Et pourtant, de nombreuses plaintes ont depuis lors été déposées, confirmant la terrible rumeur.

A l’époque, le 5 décembre 2012, j’avais rajouté un addendum à notre article prévenant de cette plainte et assurant de vous tenir au courant de l’évolution de cette affaire.

Alors ce message était-il une information réelle qui se serait diffusée d’abord de manière informelle, un phénomène d’autoréalisation ou un phénomène d’ostension (imitation d’une légende urbaine par un criminel) ? L’enquête étant en cours, il est difficile de répondre à cette question.

Ce fait nous rappelle qu’il est parfois difficile de séparer le vrai du faux, surtout lorsqu’au départ, aucune preuve ne vient l’étayer. Il nous permet aussi de nous remémorer l’utilité des messages d’avertissement, qu’ils soient vrais ou faux : la mise en garde contre des dangers réels ou potentiels et le sentiment de protection que cet avertissement nous procure.

Publicités